ACT (thérapie de l’acceptation et d’engagement)

L’ACT pour quoi et pour qui ?

Le monde que nous avons créé est le résultat de notre niveau de réflexion, mais les problèmes qu’il engendre ne sauraient être résolus au même niveau de réflexion. (Albert Einstein).

Notre santé mentale qui a été défini par les contenus de pensées sera désormais définie par le rapport que nous entretenons avec ces contenus. Ce rapport est modifiable. Lorsque nous sommes assis, immobile avec la définition de nous même, nous la remarquons et nous nous détachons d’elle. (Steven Hayes)

L’ACT est sous tendu par des présupposés théoriques et des observations cliniques qu’il y a les mêmes processus dysfonctionnels à l’oeuvre dans la plupart des psychopathologies. Ces processus sont:

1)    L’évitement expérientiel : les tentatives de contrôle ou d’évitement d’ événements intérieurs labellisés comme négatifs ou considérés comme aversifs. Exemple : les personnes ayant des attaques de panique essaieront d’éviter les pensées, les sensations et les sentiments liés à l’attaque de panique.

2)    Le manqué de flexibilité mentale

La flexibilité psychologique est l’habileté à être présent, pleinement conscient et ouvert à l’expérience de soi et de son environnement, en posant des actes guidés par les valeurs. L’augmentation de la flexibilité psychologique est au centre des interventions ACT

3)    La fusion avec le language est la tendance à envisager de façon littérale ses pensées, c’est-à-dire considérer que leur contenu représente la réalité. ACT vise la défusion avec les pensées, c’est-à-dire à considérer l’événement interne pour ce qu’il est : un événement interne, une pensée, un souvenir une image mentale.

L’ACT est en évolution constante et en plein développement. La clinique et les recherches suggèrent son efficacité dans des problématiques variées : troubles anxieux, troubles de l’humeur, troubles de la personnalité, douleur chronique, troubles du comportement alimentaire, psychose, stress professionnel, performances sportives,…

ACT : UN MELANGE D’INFLUENCES, UN TOUT UNIQUE !

Elle fait partie de :

La troisième vague des thérapies comportementales et cognitives :
La Mindfulness, avec qui l’ACT possède des points communs (l’observation des pensées & l’acceptation) est un état de conscience qui résulte du fait de porter son attention, intentionnellement, au moment présent, sans juger, sur l’expérience qui se déploie moment après moment. (J. Kabat-Zinn en 2003).

« La thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT, à prononcer en un mot comme « acte ») repose sur des acquis récents de la psychologie suggérant que des stratégies centrées sur le contact avec le moment présent et l’acceptation de ce qui est éprouvé, pensé et ressenti peuvent utilement compléter les approches classiques visant plus directement des modifications cognitives et comportementales. Ce n’est qu’en acceptant ce que nous ne pouvons pas changer que nous réussissons à dégager les ressources nécessaires pour agir là où c’est possible afin d’orienter notre vie dans le sens des valeurs qui nous sont chères.

L’ACT nous apprend à donner à nos pensées et à nos émotions douloureuses la place qui leur revient car elle considère que les efforts pour éviter la souffrance inévitablement liée à la condition humaine jouent un rôle de premier plan dans le développement et le maintien d’un large spectre de psychopathologies. Le but premier de la thérapie n’est pas la réduction des symptômes mais l’augmentation de la flexibilité psychologique afin de favoriser l’engagement dans des actions contribuant à la construction d’une existence riche et pleine de sens… ». ( Dr Philippe Vuille)

Buts de l’ACT


Rothko_Ochre_and_Red_on_Red_1954Plus de vitalité, et moins de lutte

Au commencement d’une prise en charge, le patient peut, dans le pire des cas, être entièrement coincé. A ce moment, il n’a aucune flexibilité psychologique. Il est absent, immobilisé et/ou perdu dans la lutte contre ses ressentis et complètement fusionné avec ses pensées.

Dès lors, le but de toute intervention ACT est de diminuer l’impact de la fusion cognitive et des règles verbales au profit d’une flexibilité psychologique croissante. Cette flexibilité est différente de cette lutte incessante dans laquelle « il s’est embourbé » qui lui permet d’éviter les expériences difficiles à court terme mais sur le long terme, l’éloigne de ce qui est vraiment important pour lui.

Voici un article concernant le traitement de la douleur par l’ACT

Sibylle von de Fenn pratique ACT.