Thérapie comportementale dialectique (borderline)

La thérapie comportementale dialectique (TCD) de Marsha Lineham

Marsha Lineham est une thérapeute et enseignante reconnue mondialement, qui a souffert de sévères troubles borderline dans sa jeunesse. Grâçe à sa connaissance intime de ce trouble, elle a développé une thérapie adaptée (TCD)  à ces patients.

En 1987, elle élabore une psychothérapie qu’elle nomme la « thérapie comportementale dialectique » qui vise précisément la diminution des comportements auto-dommageables ou suicidaires ainsi que les comportements interférant avec la thérapie ou avec la qualité de vie du patient. La TCD partage plusieurs similarités avec les TCC de troisième vague, comme l’utilisation de stratégies d’acceptation, l’accent mis sur les émotions, l’enseignement de la présence attentive (mindfulness). Elle est composée d’interventions dialectiques, c’est à dire basées sur les contraires.

Le trouble borderline se caractérise par différents symptômes qui génèrent une souffrance significative chez les personnes atteintes, notamment :

  • A la fois une grande vulnérabilité émotionnelle lié à la peur réelle ou imaginée d’être abandonnée
  • Une difficulté identitaire couplée avec l’apparition fréquente d’un sentiment de vide.
  • Parfois il existe une inhibition du chagrin : tendance à surcontrôler les réponses émotionnelles négatives, en particulier en lien avec la séparation (tristesse, honte, culpabilité, anxiété, panique )
  • Une sur ou dévalorisation de soi ou des autres : attentes irréalistes vis-à-vis de soi ou les autres qui peut générer des problèmes relationnels liés aux frustrations resenties.
  • Des crises aigües de détresse : liées aux dysfonctionnements individuels, à l’inadéquation du milieu, au hasard qui peuvent aller jusqu’aux crises de violence ou aux crise suicidaire.
  • Des réactions et comportements impulsifs du type: accès de colère, de violence verbale ou physique.
  • Il y a également fréquemment des  comportements d’addiction à différentes substances.

But de la TCD

Dans la mesure ou les patients « borderline »  ont du mal à gérer les demandes internes contradictoires, la thérapie dialectique les aide à naviguer entre ces tensions dialectiques et ces paradoxes.

Quel rôle joue la pleine conscience dans la TCD ?

Caspar_David_Friedrich_0191La pleine conscience aide à l’acceptation de ce qui ne peut être changé, elle augmente également les compétences cognitives et comportementales du patient. Elle est également utile au thérapeute TCD pour gérer ses propres émotions face à un patient « borderline » en crise.

Qu’apprend le patient dans la TCD ?

Une des conditions pour entrer dans la TCD est   l’acceptation radicale de soi et de ce qui est et c’est souvent un énorme défi pour ces patients.

Le patient apprend à s’auto-observer, à vivre en toute conscience le moment présent, quoi qu’il s’y passe, plutôt que de fuir, cliver, scotomiser le comment du processus/le quoi de la situation.

Il apprend également à observer consciemment l’expérience vécue en distinguant les différents niveaux d’expérience (sensations/pensées/évènements) et faire la part des confusions.

Il apprend à participer en développant sa capacité à s’engager sans se distancier ni s’auto-observer en permanence, être en interaction fluide et spontanée avec l’environnement et à abandonner le « besoin d’avoir raison ».

Pour les patients qui ont tendance à entrer dans un stress important l’observation méthodique des montées de stress et l’abaissement de celui ci par la gestion des crises constitue un apprentissage primordial.

Il apprend aussi à réguler ses émotions et à augmenter les évènements émotionnels positifs : une des manières de contrôler les évènements est de contrôler les émotions qui les produisent (« le sage ne se trouve jamais sur les lieux d’un combat » ). Agir de manière réfléchi, créatif et non impulsif: comme par exemple de faire quelque chose de gentil si on est en colère est typiquement une intervention dialectique.

Un module de développement de compétences relationnelles permet au patient de mieux utiliser ses compétences dans les relations interpersonnelles, car il oscille moins entre évitement et confrontation massive.

L’acceptation apprise à travers la pleine conscience permet notamment de tolérer les progrès limités, les rechutes, l’échec qui sont pourtant des conditions préalables à une vie plus satisfaisante, car les buts sont plus réalistes.

La capacité de prendre soin de soi sans devoir se débrouiller seul tout le temps, la capacité d’être en lien sans être dépendant est également un objectif de la TCD.

Sibylle von de Fenn pratique la TCD à Paris 11ème et à Saint Maur (94) . Elle enseigne cette thérapie aux professionnels de la santé chez Symbiofi. Si vous souhaitez avoir des informations, contactez moi par mail: svondefenn @ gmail.com . Je ne dispose malheureusement pas d’informations concernant la province.