MF et travail

Le monde du travail est actuellement en changement permanent avec une visibilité très faible de ce qui arrivera dans les prochaines années, voire les prochains mois. La globalisation de l’économie change la donne tous les jours et le temps des évolutions graduelles est loin. Aujourd’hui dans le monde, chaque entreprise et chaque collaborateur doit s’adapter vite et en permanence.

Plus personne ne met en doute le fait que le lieu professionnel est générateur d’un grand stress lié à la fois aux changements extérieurs, mais aussi à des peurs et des angoisses que ces évolutions font naître chez tout un chacun. L’option souvent prise par les dirigeants est de produire plus avec moins de ressources y compris humaines, soi disant pour survivre. Ce phénomène est accompagné d’une forte dégradation des relations au travail. Tout cela produit chez certaines personnes, qui d’ailleurs ne sont pas les moins motivées, un sentiment d’échec, voire une perte d’estime de soi qui jette ces personnes en souffrance dans la dépression, voire dans le suicide pour les plus fragiles.

Pour beaucoup, nous choisissons un métier dans l’espérance d’un épanouissement. Pourtant nous nous retrouvons, pour la plupart d’entre nous, pris dans une spirale infernale qui consiste à courir derrière les objectifs, les clients, les collègues ou un emploi perdu.

Comment améliorer la situation ? Il est important pour les dirigeants de prendre conscience des conséquences humaines générées par la pression économique et de comprendre que le stress ne peut être supporté sans laisser de traces que pour un temps très court. S’il est présent en permanence, le collaborateur devient moins productif car il est  plus préoccupé par l’obligation de se battre que par le contenu de son travail. Le stress à haute dose ou le stress subi de façon répétitive réduit notre créativité, nos capacités de collaboration, notre écoute, notre attention, notre motivation et, in fine, notre performance.

Nous portons trop d’attention aux buts qui nous sont fixés avec la peur perpétuelle de ne pas les atteindre, perdant ainsi toute possibilité d’Etre dans notre élan vital en agissant et en profitant du plaisir de bien faire ce que nous avons à faire.

Afin de réduire ce stress, beaucoup d’entre nous ont recours à l’alcool, la nourriture ou la télévision afin de ne plus penser à rien, après des journées trop stressantes ou trop remplies.

Dans ce contexte, que peut apporter la pleine conscience ?

Lire la suite

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

cinq × cinq =